• Contactez-nous
  • Déposer un film
  • Espace presse
  • Rhinédits
  • En vous identifiant à l'aide d'une adresse e-mail et d'un mot de passe, vous pourrez découvrir gratuitement l'intégralité des collections de MIRA, conserver un historique de vos recherches et de vos séquences favorites !

    MIRA s'engage à ne pas transmettre vos données personnelles à des tiers. Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné à l'inventaire du patrimoine cinématographique alsacien. Les destinataires des données sont l'association MIRA. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à : Association MIRA - 7 rue des Alisiers 67100 Strasbourg. Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant. Déclaration CNIL n°1767467v0

    Votre courriel
    Votre mot de passe

MiraMIRAMémoire des Images Réanimées d'AlsaceUne cinémathèque numérique

Projets avec les citoyens
      • Vous avez dit Culte ?

      • (Re)découvrir de grands classiques du 7ème art sur grand écran.
        En partenariat avec le RECIT.
      • Vous avez dit Culte ?
        • Fonds Bueb © MIRA
      • Pour la première année, MIRA s'associe au RECIT pour présenter une sélection d’archives inédites en avant-programme des films de Vous avez dit Culte ? sur le thème L'enfance au Cinéma. Une sélection réalisée par Sophie Desgeorge et Marion Brun à partir des collections de MIRA. 

        AVANT-PROGRAMMES

        Les enfants de… -  Fonds Waag, 1970-80 - 3’31
        Séquence présentée en avant-programme du film BONJOUR

        Mise en scène familiale où chacun joue son rôle : une mère au foyer dévouée aux tâches ménagères et à ses enfants… qui ont leurs références culturelles propres portées par la télévision.


         

        Manfred - Fonds Broc. L, années 1930 - 3’36
        Séquence présentée en avant-programme du film LE TAMBOUR

        Manfred est un petit garçon comme les autres. À la plage, il joue et construit des châteaux de sable. Des moments simples pendant une période sombre.


         

        Colonies de vacances -  Fonds Bueb, années 1960 - 3’13
        Séquence présentée en avant-programme du film L’ENFANCE NUE

        Comme beaucoup de grandes entreprises, les Mines Domaniales de Potasse d’Alsace firent oeuvre sociale, notamment avec l’ouverture de colonies de vacances, à destination des enfants du personnel des mines.


         

        Jeux sportifs - Fonds Lortz, 1937-40 - 3’22
        Séquence présentée en avant-programme du film JACQUOT DE NANTES

        Des images de l’enfance certainement proches de celles qui ont bercées Jacques Demy, ici en Alsace. Au-delà du contexte difficile, les enfants poursuivent leurs jeux… entre hockey dans la rue et canoë sur l’Ill.


         

        Maternelle de la Meinau - Fonds Buridan, 1975-76 - 3’36
        Séquence présentée en avant-programme du film OÙ EST LA MAISON DE MON AMI ?

        Peinture, bricolage et danse en groupe jalonnent cette journée dans une école maternelle de Strasbourg, lieu de sociabilisation par excellence où les amitiés se nouent.




        L’Institut Saint-Charles - Fonds Waag, 1982 - 3’15Séquence présentée en avant-programme du film MIRACLE EN ALABAMA

        À Schiltigheim, l’Institut Saint-Charles accueille les enfants dyslexiques qui peinent à apprendre dans un système scolaire classique et non adapté à leurs difficulté

         

         

        FILMS

        BONJOUR (Ohayô) - JP - 1959 - 1h34 de Yasujirô Ozu 
        Avec Keiji Sada, Yoshiko Kuga, Chishû Ryû

        Minoru et Isamu vivent avec leurs parents dans la banlieue de Tokyo. En rentrant de l’école, ils aiment à s’arrêter chez un voisin qui a la télévision pour regarder des matchs de sumo. Leurs parents, mécontents, leur interdisent d’y retourner. Pour protester, Minoru et Isamu entament une grève de la parole, qui va provoquer par ricochet de nombreuses incompréhensions parmi les voisins…

        Bonjour est une peinture sociale tendre et amusante bien que parfois satirique du Japon des années 50. Yasujirô Ozu aborde avec humour ses thèmes de prédilection : le Japon en pleine mutation, les difficultés de communication intergénérationnelles liées à la question de l’obéissance et du respect, l’occidentalisation de la culture japonaise. Les jeunes acteurs sont époustouflants de naturel.  Bonjour est sans doute le plus émouvant des films d’Ozu, atteignant l’équilibre parfait entre minimalisme, humour et observation minutieuse du quotidien.

        Certaines séances seront présentées ou suivies d’un échange avec un professionnel.

        LE TAMBOUR (Die Blechtrommel) - DE - 1979 - 2h42 de Volker Schlöndorff
        Avec David Bennent, Mario Adorf, Angela Winkler

        À la fin des années 1920, dans la région de Dantzig, Oskar, refusant le monde cruel et surfait des adultes, décide, à l’âge de trois ans, de ne plus grandir. 

        Palme d’or du Festival de Cannes 1979 (ex-aequo avec Apocalypse Now) et Oscar du meilleur film en langue étrangère en 1980, cette éblouissante adaptation du roman à succès de Günter Grass est une oeuvre essentielle du cinéma allemand. Purement visuel, étrange et audacieux, fresque démentielle et assourdissante, ce film est représentatif du Nouveau cinéma allemand des années 1970. Vision de la montée du nazisme par un enfant précoce, Le Tambour est un peu la rencontre entre la démesure des films de Herzog et les visions merveilleuses de Fellini. Puissant et perturbant, il est à redécouvrir absolument, notamment pour l’interprétation exceptionnelle du jeune David Bennent.

        Film proposé dans le cadre de la rétrospective consacrée à Volker Schlöndorff, invité d’honneur du festival Augenblick.

        L’ENFANCE NUE - FR - 1968 - 1h23 de Maurice Pialat
        Avec Michel Terrazon, Linda Guntenberg, Raoul Billerey

        Après plusieurs tentatives auprès de familles d’accueil, un gamin de l’Assistance publique trouve compréhension et réconfort auprès d’un vieux couple...

        D’un réalisme documentaire, ce film est une oeuvre poignante et indispensable, qui a obtenu le Prix Jean Vigo en 1969. La comparaison avec Les 400 coups de Truffaut est inévitable vu le sujet. Mais Pialat préfère filmer la vérité brute, alors que Truffaut est plus « cinématographique ». Pialat porte un regard sans  concession sur le monde de l’enfance. Ici, l’enfant est bien nu, dévêtu de sa conscience, balloté au gré de ses désirs et de ses colères. Loin du pamphlet sociétal, il brosse un portrait juste et concis d’une enfance contrariée, dure et tendue vers le besoin d’amour. L’intelligence du cinéaste est de ne pas juger, simplement d’observer. La force de l’engagement social et humain du film est incontestable.

        JACQUOT DE NANTES - FR - 1991 - 1h58 d’Agnès Varda
        Avec Philippe Maron, Edouard Joubeaud, Laurent Mounier

        Il était une fois un garçon, élevé dans un garage où tout le monde aimait chanter. C’était en 1939, il avait 8 ans, il aimait les marionnettes et le cinéma. Puis il a voulu en faire, du cinéma, mais son père a préféré. qu’il étudie la mécanique. C’est de Jacques Demy qu’il s’agit et de ses souvenirs. C’est une enfance heureuse qui nous est contée, malgré les évènements de la guerre et de l’après-guerre.

        Dans ce film très émouvant, Agnès Varda rend hommage à l’homme de sa vie, le réalisateur Jacques Demy, en mêlant fiction pure inspirée de l’enfance du cinéaste à Nantes, images de lui au moment du tournage et extraits de ses plus grands films (Les Parapluies de Cherbourg, Les Demoiselles de Rochefort, Peau d’âne…). Jacquot de Nantes est d’autant plus bouleversant qu’il fut tourné quelques mois avant la mort de Demy, alors qu’il se savait malade et condamné. Il apporte un éclairage prodigieux sur sa filmographie et sa vie, tout en étant bien plus que cela ! Un magnifique film d’amour tout simplement. 

        Certaines séances seront présentées ou suivies d’un échange avec un professionnel.

        OÙ EST LA MAISON DE MON AMI ? (Khaneh-ye dust kojast ?) - IR - 1987 - 1h24 de Abbas Kiarostami
        Avec Babek Ahmad Poor, Ahmed Ahmed Poor, Kheda Barech Defai

        Nematzadeh n’a pas fait ses devoirs sur le cahier prévu à cet effet : au prochain oubli, il sera renvoyé ! Ce soir-là, son camarade Ahmad emporte par mégarde le cahier de Nematzadeh. Ahmad se lance à la recherche de la maison de son ami dans les hameaux voisins pour lui rendre son cahier… 

        Où est la maison de mon ami ? Cette question reviendra tel. un leitmotiv tout au long du film, formant la matière même de son intrigue. Cette histoire simple au style épuré est un bel hymne à l’amitié, un regard sensible sur l’enfance mais aussi un constat de la dureté des adultes. La course d’Ahmad permet à Kiarostami d’évoquer l’indifférence et l’autorité contradictoire des adultes, les lois sociales et familiales, la solidarité... Se situant toujours à hauteur du regard d’Ahmad, ce film est un véritable petit bijou !

        Certaines séances seront présentées ou suivies d’un échange avec un professionnel.

        MIRACLE EN ALABAMA (The Miracle Worker) - USA - 1962 - 1h46 d’Arthur Penn
        Avec Anne Bancroft, Patty Duke, Victor Jory

        Des suites d’une maladie, la petite Helen Keller devient sourde, muette et aveugle.Ses parents font appel à Annie Sullivan, une jeune éducatrice, pour ramener l’enfant à une vie normale. Toutefois, cette dernière va devoir faire face à l’hostilité d’Helen et de ses parents, effrayés par ses méthodes.

        Arthur Penn réalise un drame poignant et d’une dureté inouïe avec cette adaptation de l’oeuvre autobiographique d’Helen Keller (Sourde, muette, aveugle : histoire de ma vie (The Story of My Life), 1903). Nominé aux Oscars, il est considéré comme l’un de ses meilleurs films. Son succès doit beaucoup à la fantastique Anne Bancroft, Oscar de la Meilleure actrice en 1963 pour ce rôle d’éducatrice, et à la non moins remarquable Patty Duke, alors âgée de 16 ans, jouant Helen. Ce film déchirant, qui va de la noirceur à la lumière, est à voir absolument !

        LIEUX ET HORAIRES DES PROJECTIONS EN ALSACE

      • Films en lien

31, rue Kageneck 67000 Strasbourg | Tél. 03 88 22 03 32 | www.miralsace.eu | contact@miralsace.eu
powered by diasite | designed by yurga.fr

Recevez la newsletter | Se désinscrire | Mentions légales