• Contactez-nous
  • Déposer un film
  • Espace presse
  • Rhinédits
  • En vous identifiant à l'aide d'une adresse e-mail et d'un mot de passe, vous pourrez découvrir gratuitement l'intégralité des collections de MIRA, conserver un historique de vos recherches et de vos séquences favorites !

    MIRA s'engage à ne pas transmettre vos données personnelles à des tiers. Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné à l'inventaire du patrimoine cinématographique alsacien. Les destinataires des données sont l'association MIRA. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à : Association MIRA - 7 rue des Alisiers 67100 Strasbourg. Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant. Déclaration CNIL n°1767467v0

    Votre courriel
    Votre mot de passe

MiraMIRAMémoire des Images Réanimées d'AlsaceUne cinémathèque numérique

Images à la une
      • Afrique de l'Ouest, 1970-1980

      • Une sélection de Sybille d'Hardemare
      • Afrique de l'Ouest, 1970-1980
        • Fonds Fuchs © MIRA
      • Afrique de l’Ouest : dernière étape de notre tour du monde en images ! En six films, MIRA vous propose de découvrir le Niger, le Bénin et la Côte d’Ivoire. Tournées après les indépendances, dans les années 1970 et 1980, ces films documentent la vie locale et les cultures de chaque pays, de grandes manifestations politiques ainsi que la persistance de la présence française sur ces territoires. 

        Les trois premiers films sont consacrés au Niger.

        Le premier, signé par Bernard Fuchs, est tourné en 16 mm au début des années 80. Après la traversée en pirogue du Béli, un des affluents du fleuve Niger, le réalisateur s’attarde dans les villages nigériens où il filme la vie quotidienne, les rassemblements et les assemblées collectives, tout en dressant plusieurs portraits de leurs habitants. Au cours de ce voyage sa route croise également celle de peuples nomades en itinérance. 

        Filmée en Super 8 par Pierre Kieffer, la séquence suivante se déroule à Madaoua, entre la fin des années 1960 et le début des années 1970. Le réalisateur enregistre notamment plusieurs cérémonies officielles et de grands défilés militaires. Dans l’intervalle, il capture également plusieurs scènes notables comme la récolte du coton, une prière collective et des immenses pyramides de sacs de riz.  

        Dernière séquence avant de quitter le Niger, ce troisième film Super 8 est également tourné par Pierre Kieffer à Madaoua dans les années 1970. Il nous présente à nouveau une prière collective ; on assiste peu après à la cuisson de céramiques, puis au travail d’hommes battant du blé et une course de dromadaires. Mais le film impressionne surtout par les images d’une grande tempête de sable et la longue chevauchée de jeunes garçons dans le désert.

        Du même auteur, le quatrième film se situe à la frontière de plusieurs territoires (Bénin, Togo, Burkina Faso et Niger). C’est néanmoins au Bénin que l’on s’attarde le plus longuement. Embarqué à bord d’une pirogue, cette belle séquence nous entraîne à Ganvié, cette ville sur pilotis construite au dessus du lac Nokoué. Puis, le film s’achève une fois encore au Niger, nous conduisant au sein d’un important élevage de vaches dans le désert. 

        Pour finir, les cinquième et sixième séquences de cette sélection prolongent notre voyage en Côte d’Ivoire dans les années 1970. Tournées toutes deux en 8 mm par Brigitte et Guy Thomann, elles sont sans doute celles qui témoignent le plus de la présence française dans ces anciennes colonies et de l’occidentalisation de ces territoires.

        Le cinquième film se tient en effet dans une école catholique tenue par des bonnes soeurs, et c’est bien une professeure blanche qui dispense des cours à des jeunes filles et jeunes femmes entre les différentes tâches domestiques qu’elles exécutent.

        Enfin, on accompagne dans le dernier film du fonds Thomann la déambulation de deux enfants dans les rues de Daloa, où l’on croise avec eux de nombreuses enseignes françaises, et où l’on achète des sodas et des bonbons. Entre deux scènes de rue, on aperçoit aussi un studio de photographie et le cinéma Félix Houphouet Boigny, du nom du premier président de la république ivoirienne. Pour rester dans le champ politique, on trouve enfin au milieu de cette séquence une grande cérémonie officielle, télé et radio diffusée suivie de danses traditionnelles.

      • Films en lien
      • Daloa
        1970 | Guy THOMANN | Brigitte THOMANN

31, rue Kageneck 67000 Strasbourg | Tél. 03 88 22 03 32 | www.miralsace.eu | contact@miralsace.eu
powered by diasite | designed by yurga.fr

Recevez la newsletter | Se désinscrire | Mentions légales