• Contactez-nous
  • Déposer un film
  • Espace presse
  • Rhinédits
  • En vous identifiant à l'aide d'une adresse e-mail et d'un mot de passe, vous pourrez découvrir gratuitement l'intégralité des collections de MIRA, conserver un historique de vos recherches et de vos séquences favorites !

    MIRA s'engage à ne pas transmettre vos données personnelles à des tiers. Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné à l'inventaire du patrimoine cinématographique alsacien. Les destinataires des données sont l'association MIRA. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à : Association MIRA - 7 rue des Alisiers 67100 Strasbourg. Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant. Déclaration CNIL n°1767467v0

    Votre courriel
    Votre mot de passe

MiraMIRAMémoire des Images Réanimées d'AlsaceUne cinémathèque numérique

Espace presse
      • LES FANTASTIQUES IMAGES DE MIRA, MÉMOIRE COLLECTIVE ET VISUELLE DE L’ALSACE

      • RUE89 Strasbourg - 29 juin 2016
      • LES FANTASTIQUES IMAGES DE MIRA, MÉMOIRE COLLECTIVE ET VISUELLE DE L’ALSACE
      • Mémoire des Images Réanimées d’Alsace (MIRA), c’est la corne d’abondance des curieux et des passionnés de cinéma. Créée par deux Alsaciennes, cette association chasse les perles cinématographiques amateurs et tente de les sauver de l’oubli et de l’âge.

        Chaque jour, à travers la région, un Alsacien déménage et vide un appartement ou un grenier. Et comme dans tout déménagement qui se respecte, les vieilles affaires et les breloques d’antan n’ont bien souvent qu’une seule destination : la benne à ordures. C’est ainsi que des films de famille des années 60 ou des images uniques de la Libération finissent par tomber dans un oubli éternel. Heureusement, il y a Christiane et Odile. En 2006, ces deux passionnées ont décidé qu’il était temps de remédier au problème. Elles voulaient sauver un maximum de petits bijoux cinématographiques amateurs dispersés à travers la région et ont créé MIRA : Mémoire des Images Réanimées d’Alsace. Une véritable caverne d’Ali Baba historique, en ligne et accessible, donnant une vision originale de la vie quotidienne dans la région.

        Les chasseuses de trésors

        Dans un bureau un brin exigu, rempli à ras bord d’affiches de films et de bobines jaunies, Odile Gozillon-Fronsacq organise sa chasse au trésor quotidienne des vieux films de particuliers. Avant de lancer son association, elle a travaillé durant plusieurs années à la création d’organes institutionnels de sauvegarde des films locaux : « Notre volonté de créer MIRA faisait suite à mes six années passées à travailler au Conseil départemental sur une mission de création d’un pôle image et audiovisuel. C’est aussi une histoire d’amitié avec Christiane Sibidieude. En 2006, nous organisions un colloque et une exposition intitulés « Conformisme, impertinence et provocation dans l’image de l’Alsace. » Nous avons demandé des subventions pour les organiser et on nous a expliqué qu’il fallait faire une association pour obtenir un financement public. C’est parti de là. »

        Elle est aussi l’auteure d’une thèse sur les « Stratégies cinématographiques en Alsace (1896 – 1939) » et d’un livre sur l’histoire du cinéma en Alsace. Sa comparse, Christiane Sibieude, est cinéphile et ancienne responsable de communication à la CCI de Strasbourg. Les compétences conjuguées des deux amies leur apportent une certaine expertise et permettent de lancer rapidement leur projet de cinémathèque à Strasbourg. Ou plutôt, de banque d’images animées, comme l’explique Odile Gozillon-Fronsacq : « Nous définissons plus cela comme une banque d’images numérisées, parce que le mot cinémathèque fait un peu peur. Il renvoie à l’ancienne formule, c’est-à-dire un lieu où l’on projette des films, où les gens se rencontrent et débattent. Nous, ce que nous voudrions, en plus, c’est avoir quelque chose de pérenne autour de la conservation des images. »

        Une étrange valise pleine de films

        Quelles images ? Des films amateurs, principalement. Elles les récupèrent, les entretiennent, les numérisent puis les renvoient aux familles ou au magasin de films des Archives départementales, magasin qu' Odile Gozillon-Fronsacq veut contribuer à enrichir. « La vision que vous trouvez dans ces films, vous ne la trouverez dans aucun film officiel. Ce sont des documents historiques considérables et extrêmement menacés. On essaie de se faire connaître au maximum, pour que les gens pensent à nous contacter lorsqu’ils vident leurs bricoles. On est là pour repérer et recueillir ces films fragiles et précieux. »

        Dans l’arrière salle de MIRA, pleine à craquer de cartons remplis de films, elle nous montre d’ailleurs sa dernière dernière acquisition : une vieille valise en cuir, remplie de bobines de 16 mm, de 35 mm et de 9,5 mm. « Impossible de savoir ce qu’il y a là-dedans pour le moment », s’amuse-t-elle.

        Des films de propagande américains aux scènes de ménage

        Concrètement, que trouve-t-on dans les films récupérés par MIRA ? Le village de Marlenheim est, par exemple, très bien fourni en images amateurs. La période de la guerre et de sa sortie ont été largement couverts par des cinéastes en herbe, souvent anonymes. Dans une de ces vidéos, on voit les premières heures de la Libération du village de l’occupant nazi. Pour Odile Gozillon-Fronsacq, l’ambiance semble être à l’allégresse mais une forme d’hésitation éphémère, de tension encore palpable subsiste : « On a tellement l’habitude de voir des images officielles de la Libération, où tout est organisé, tout le monde sait ce qu’il faut faire. Là, les gens attendent, ne savent pas trop ce qui va se passer. Ils sont là, ils regardent, certains font encore un geste genre vague salut nazi, c’est très étrange. C’est une véritable saisie, un moment où les gens voient arriver une nouvelle ère, en ont conscience mais ne captent exactement ce qui se passe sous leurs yeux. »

        Parmi les images, on trouve aussi des scènes de la vie quotidienne de l’Alsace d’antan, comme cette courte vidéo où des femmes font la lessive dans la rue, dans le village de Châtenois près de Sélestat, en 1928. Peu d’images de la ville de Strasbourg en elle-même sur le site, si ce n’est quelques images de construction de bâtiments. On trouve aussi des vidéos du bombardement de la ville durant la Seconde Guerre mondiale. Et, inévitablement, des films de propagande. Le plus savoureux d’entre eux est sans aucun doute l’extrait du film « In Happy Alsace », réalisé à destination de l'opinion américaine, histoire de prouver aux citoyens le bien-fondé de l'intervention américaine pendant la Première Guerre mondiale.

        Un cinéma alsacien

        Comme pour ce film de propagande, il arrive que MIRA mette la main sur des images de professionnels : dans ce cas, suivant l’obligation de dépôt légal, elles sont remises aux Archives Françaises du film. Odile Gozillon-Fronsacq s’est ainsi mise en tête de retrouver une partie des films de la famille de Charles Hahn : « C’était un pionnier du cinéma dans la région.La plus grande partie de ses films a complètement disparu, à cause des nazis. J’espérais les récupérer au Bundesarchiv [Les archives de Berlin, ndlr], mais visiblement ils n’y sont pas. J’ai pensé que les Russes, après être entrés dans Berlin, les avaient récupérés. Mais je ne les ai pas trouvés pour le moment. » Au début du siècle, la famille Hahn n’était heureusement pas la seule à être passionnée de cinéma. Dans la liste des collectionneurs acharnés, on trouve également Albert Kahn : « C’était un Alsacien, fils de marchands de bestiaux de Marmoutier. C’est devenu un richissime banquier à Paris et il a fondé les Archives de la planète, à Boulogne-Billancourt. Là-bas, vous trouvez des centaines de kilomètres de films tournés dans le monde entier au début du siècle. »

        D’autres exemples parsèment l’histoire du cinéma en Alsace. Difficile d’être exhaustif. Mais pour Odile Gozillon-Fonsacq, ce qui caractérise le cinéma régional, c’est certes une recherche du pittoresque, comme dans "'Ami Fritz", mais aussi une volonté d’ouverture. Depuis Charles Hahn, il y a toujours eu cette ouverture, ouverture de l'Alsace aux autres territoires, mais aussi ouverture du cinéma aux autres domaines de création.... et ouverture à l'humour. Il y a ainsi, par exemple, "D'r Herr Maire", une parodie façon Molière d’un maire alsacien plein de vanité et qui voulait, à l’époque du Reichsland, que ses filles épousent deux gars bien dotés pour qu’il puisse se faire sa place au soleil ».

        Un panel à faire rougir Hollywood, donc. Le site de MIRA est ouvert et gratuit tous les jours et à toute heure de l’année. In Happy Alsace.

        Découvrez ici l'article en intégralité
        Par Benjamin Bruel

      • Publié le 29/06/2016

31, rue Kageneck 67000 Strasbourg | Tél. 03 88 22 03 32 | www.miralsace.eu | contact@miralsace.eu
powered by diasite | designed by yurga.fr

Recevez la newsletter | Se désinscrire | Mentions légales