• Contactez-nous
  • Déposer un film
  • Espace presse
  • Rhinédits
  • En vous identifiant à l'aide d'une adresse e-mail et d'un mot de passe, vous pourrez découvrir gratuitement l'intégralité des collections de MIRA, conserver un historique de vos recherches et de vos séquences favorites !

    MIRA s'engage à ne pas transmettre vos données personnelles à des tiers. Les informations recueillies font l’objet d’un traitement informatique destiné à l'inventaire du patrimoine cinématographique alsacien. Les destinataires des données sont l'association MIRA. Conformément à la loi « informatique et libertés » du 6 janvier 1978 modifiée en 2004, vous bénéficiez d’un droit d’accès et de rectification aux informations qui vous concernent, que vous pouvez exercer en vous adressant à : Association MIRA - 7 rue des Alisiers 67100 Strasbourg. Vous pouvez également, pour des motifs légitimes, vous opposer au traitement des données vous concernant. Déclaration CNIL n°1767467v0

    Votre courriel
    Votre mot de passe

MiraMIRAMémoire des Images Réanimées d'AlsaceUne cinémathèque numérique

Parcours thématiques
      • Portrait de cinéaste : Alex Schwobthaler

      • Portrait de cinéaste : Alex Schwobthaler
        • Portrait d'Alex Schwobthaler par Mathieu Lerch
      • ALEX SCHWOBTHALER (1914-2002)

        Eléments biographiques

        L’enfance
        Il naît le 28 janvier 1914 à Thann, dans le Haut-Rhin. Son père est un Allemand originaire de Fribourg venu s’établir comme boucher à Thann, en Alsace allemande. Trois mois après la naissance d’Alex, sa grand-mère l’emmène en Alsace du Nord, dans son village de Hatten. Mais Thann redevient française dès la fin 1914 : l’enfant est en Allemagne, ses parents en France. Ils seront séparés toute la durée de la guerre.
        Son père est considéré par les autorités françaises comme un ennemi. Il est interné dans un camp à Belfort, puis envoyé à l’île Sainte Marguerite, en face de Cannes. Pendant ce temps, sa mère doit s’occuper de cinq enfants ; comble de malheur, sa maison est détruite par une bombe. Elle réussit pourtant à faire vivre toute sa famille en ouvrant un magasin de photo.
        Mais Alexandre Schwobthaler gardera de cette petite enfance bouleversée une totale horreur des guerres.

        La jeunesse
        A 14 ans, Alex entre comme apprenti chez Scheurer-Lauth, la grande fabrique de tissu de Thann. Il sera dessinateur, comme le père de la star alsacienne Jeanne Helbling, née à Thann elle aussi.
        A 17 ans, on l’envoie se perfectionner à l’école des Beaux-Arts de Mulhouse. Il apprend à dessiner, à composer, à cadrer, déjà.
        A 18 ans il est embauché chez Braun, la grande maison de photo de Mulhouse-Dornach. Toute la journée il retouche des photos, « mettre des nuages sur les clichés, des choses comme ça ». Il se familiarise complètement avec l’art du négatif et gardera toute sa vie l’amour du labo photo.

        La guerre
        En octobre 39, Alex a 25 ans : il est bon pour la guerre. Enrôlé dans l’armée française, il est pris dans la débâcle et regagne Thann. Il se marie en 1942 avec Gilberte Schratz à Zillisheim, et sa petite fille Lilli naîtra en 1943. Mais il est incorporé de force dans l’armée allemande cette même année 1943, sur le front russe. Puis il est envoyé en France en avril 1944 en Normandie. Il est fait prisonnier par les Américains avec d’autres soldats allemands, puis détenu dans un camp de prisonniers en Ecosse. Il répond à la demande du 2è bureau français à Londres et rejoint les Alsaciens-Lorrains engagés dans l’armée britannique. A 31 ans, il est démobilisé du fait de son âge et regagne Zillisheim en janvier 1945.


        « Ma vraie patrie, c’est les images »

        Il devient photographe free-lance. Il travaille pour le journal L’Alsace, et des commanditaires très divers, comme le Théâtre de Bussang.

        Un contexte familial favorable
        Un atavisme ? Son cousin Schwobthaler dirigeait une grande maison de production d’actualités filmées au début du siècle, la Urban. Et il eut grâce à sa famille des rencontres précoces avec les images. Découverte tumultueuse du cinéma à 4 ans : sa grand-mère d’Hatten aimait déjà le cinéma. Elle l’emmène dans une salle obscure. Et ressort cinq minutes plus tard, tirant derrière elle un gamin hurlant de terreur : il avait vu, là-bas, un blessé qu’on sortait d’une maison en flammes.
        Revenu à Thann, il habite à 200 mètres de La Cigale, cinéma des frères Holveck, qui devient en 1930 « Théâtre de films parlants ». Et puis il y a le cinéma du patronage, tellement fascinant avec son pianiste aveugle.
        C’est aussi dans sa famille qu’il découvrit précocement la photographie : sa mère avait pendant la Première Guerre ouvert un magasin de photo. C’était l’époque où Alex était à Hatten. Mais le virus est passé dans la famille, et un de ses frères a pris le relais. Il lui offrira son premier appareil. Alex n’avait que 12 ans, mais il s’en souvient très bien : « C’était un Vestpocket, un automatique minuscule, fabriqué exprès pour les soldats américains. Il faisait de bonnes photos ».

        Une passion
        Jeune homme, il organise le soir avec un copain des projections de films – muets, bien sûr. Un drap pris discrètement dans l’armoire de sa mère, un projecteur sur son vélo, un copain avec un phonographe. Le voilà animateur de ciné-club improvisé dans les bistrots et les écoles du canton, en particulier à l’auberge Mohn à Zillisheim. Il commande ses films à la Cinémathèque Sainte Thérèse, à Angers. Il lui fallait une heure et demie de spectacle familial. Il s’occupait de tout, poinçonner les billets, projeter les films. Plus tard, sa femme se chargera du son. Et le clou de la soirée, c’était les Actualités zillisheimoises, chefs d’œuvre d’Alex, où ses concitoyens pouvaient s’admirer à la Kilb (la fête paroissiale), au concours de pêche, voir les gamins dévaler en luge ce qui sera plus tard la rue Bellevue, et qui n’est encore qu’un champ en pente. L’auberge était pleine : cinquante personnes.
        De bons souvenirs.

        Ses images

        Ses photos
        Alex Schwobthaler a commencé à faire des photos en 1917, avec l’appareil offert par son frère. Il a ensuite pris de nombreuses photos professionnelles, pour des journaux ou divers commanditaires, mais toujours avec une grande exigence, quel que soit le sujet : « Je fais un peu les chiens écrasés, bien sûr. Mais je veux que ce soit des chiens de race », dit-il. Hélas une grande partie de ces photos semble avoir disparu.

        Ses films
        Il a tourné en 9.5 mm à partir des années 30. Il a filmé en Alsace, et en particulier sa famille, à Rangen, où habitent ses parents (Szenen aus dem Familienleben, 1938-1939), à Thann (Thann sous la neige, 1939), à Zillisheim (Film de famille Zillisheim, 1942-1943) et Actualités zillisheimoises, 1946) exemplaire de ces excellentes actualités locales. Ses vedettes préférées sont sa femme et sa fille (Petite fille en vadrouille, 1948)
        Il a filmé aussi ses vacances, toujours passées avec sa femme bien-aimée, qui adorait voyager : « Elle avait l’esprit gitan ». Chaque année, ils partaient tous deux à l’aventure. A la recherche de beaux paysages, mais surtout à la rencontre des gens. En 4 chevaux puis en Dauphine, ils exploraient le bassin méditerranéen (Au beau pays de Provence, Corse), ou des régions françaises (Auvergne) (s.d.).

        Sa collection de chefs d’œuvre
        Le cinéma lui permet de belles évasions. Vers les grands, les pionniers, les purs, les vieux classiques du muet : Edwin S. Porter, dont il aimait The Great Train Robbery (considéré comme le premier western de l’histoire du cinéma), mais aussi Thomas Ince, Max Linder, Buster Keaton, Chaplin, les premiers Stroheim, Fritz Lang… Ce sont les trésors de sa collection personnelle. Mais il adore aussi aller au cinéma à Mulhouse, au Bel-Air exclusivement, où il rencontre des gens comme lui : fous de cinéma, désintéressés, sans prétention et généreux. Sa dernière passion : Yuha, le dernier Kaurismäki. Un noir et blanc. Muet.  Non, pas muet : il y a une bande son, mais avec juste des bruits et des chansons. Pour le reste, tout est dit par l’image. « Ça, c’est du cinéma. Celui-là a compris l’héritage du muet. Tant qu’il y aura des gens comme ça, ça vaudra la peine de vivre ».


        Ses appareils photo
        •    Le Vest Pocket KODAK, premier appareil photo d’Alex Schwobthaler.  Format 4x6 et demi, introduit par les troupes américaines en 1917

        •    Juste après la guerre il a acheté son premier FOCA, puis dans les années 50 il a beaucoup utilisé des LEICA. Dans les années 80 il a eu des CANON AEF1 – PENTAX.

        Sa caméra
        Alex Schwobthaler a filmé exclusivement en 9.5, sans doute avec une caméra PATHE (non retrouvée à ce jour).


        CHRONOLOGIE

        1914 : 28 janvier : Naissance à Thann. En avril, départ pour Hatten (Alsace du Nord), où il restera pendant 4 ans.
        1918 : 1ère séance de cinéma.
        1919 : Retour à Thann.
        1920 : Alex devient français. Ecole de Thann.
        1924 : Collège jésuite à Epinal pour se perfectionner en français.
        1925 : Retour au collège de Thann puis au collège Freppel d’Obernai (internat tenu par des prêtres).
        1926 : 1er appareil photo, un Vestpocket américain.
        1928 : Apprentissage de peintre sur étoffes chez Scheurer-Lauth, puis école des Beaux-Arts de Mulhouse. Débuts professionnels dans l’entreprise thannoise.
        1935 : Travaille comme retoucheur chez Braun, le grand photographe de Mulhouse-Dornach, jusqu’à la guerre.
        1939 : Mobilisé dans l’armée française.
        1940 : Débâcle. Alex regagne l’Alsace.
        1942 : Alex se marie et s’installe à Zillisheim, près de Mulhouse.
        1943 : Naissance de sa fille.
                      Incorporation de force dans la Wehrmacht.
        1944 : Prisonnier allemand en Ecosse. Rallie la France Libre.
        1945 : Démobilisé. Retour à Zillisheim.
        1946 :  Il tourne les Actualités zillisheimoises.
        1948 : Petite fille en vadrouille, film sur sa fille Lilli.
        1950 : Photographe de presse indépendant. Reporter pour L’Alsace en particulier.
        1993 : Publie un livre avec Lucien Naegelen : Sundgau, la vie oubliée (Editions du Rhin).
        1996 : Filmé dans le documentaire Kinnes. Les débuts du cinéma en Alsace, de Georges Drion et Odile Gozillon-Fronsacq, réalisé par Georges Drion (coproduction France 3/ Balthazar Films).
        2002 : Parution de son livre de photos : Le Regard d’Alex, Editions « Le Journal des Ménagères ».
        2002 : Décès.

        Odile Gozillon-Fronsacq

      • Films en lien
      • Recherche multi-critères en cours
        Ça ! C'est chez nous
        1937 | Alex SCHWOBTHALER
        Premier film tourné par Alex Schwobthaler après l'acquisition de sa caméra Pathé Baby, "Ca ! C'est chez nous" est un recueil de mises en scènes ...
        Szenen aus Familienleben
        1938 | Alex SCHWOBTHALER
        Compilation réussie de moments en famille filmés par Alex Schwobthaler en 1938 et 1939.
        Film de Lili
        1945 | Alex SCHWOBTHALER
        Dans ce film tourné juste après la guerre, Alex Schwobthaler présente son quotidien à Zillisheim où il filme les tâches journalières liées ...
        Film de famille à Zillisheim
        1945 | Alex SCHWOBTHALER
        C'est sa fille qu'Alex Schwobthaler met à l'honneur dans ce film entre images spontanées dans le jardin et à Pâques et mises en scène de ses départs ...
        Actualités zillisheimoises n°1
        1946 | Alex SCHWOBTHALER
        Témoignage important de la vie locale, ce film avait pour but d'être projeté aux habitants de Zillisheim et des villages voisins.
        Petite fille en vadrouille
        1947 | Alex SCHWOBTHALER
        Film tourné en 9,5 mm. Les aventures de la fille d'Alex Schwobthaler admirablement mises en scène par le photographe.

31, rue Kageneck 67000 Strasbourg | Tél. 03 88 22 03 32 | www.miralsace.eu | contact@miralsace.eu
powered by diasite | designed by yurga.fr

Recevez la newsletter | Mentions légales